barcelone AU MODERNISME | catalan
« des murailles

 

Le Modernisme catalan du début du siècle que l’on désigne notamment par Art nouveau, Modern style ou encore Jugendstil munichois, a une personnalité propre, établie au cœur même de l’avant-garde de l’époque.

Gaudí en sera l’exception, sans doute le moins moderniste de tous, qui ne pouvait accepter les Puig i Cadalfalch (architecte, historien et théoricien de l’art controversé) et les autres. Il apportera une atmosphère urbaine, un état d’esprit, plus qu’un courant véritablement inventif. Il empruntera les différents courants de l’Art Nouveau pour édifier un style personnel, répondant à l’époque plus à une attitude mentale et sociale d’un courant et au besoin prétentieux d’apparat d’une bourgeoisie en quête d’une image avant même d’avoir atteint son apogée.

La plupart de ces édifices ont été construits dans "l’Eixample" où le mouvement des façades onduleuses, des toits en céramique concassée et des balcons en fer forgé exprime clairement l’esprit tortueux d’une classe sociale en recherche d’identité.

L’audace de ce style sera l’occasion pour la Catalogne d’affirmer son pouvoir et de promouvoir une culture moderne en harmonie avec l’Europe. La fin du Modernisme dans les années 20 fera naître le Noucentisme et l’Avant-gardisme. Rafael Maso donnera naissance au Noucentisme qui fera son apparition dans le courant des années 1920 proche des modèles de l’Europe centrale. Le chef de file du mouvement moderniste fut Antoni Gaudí i Cornet, né à Reus en 1852, dont la maîtrise des structures et des matériaux permit une grande expressivité, proche du symbolisme.

Il serait injuste de ne pas citer les deux autres figures illustres que sont Lluis Domènech i Muntaner et Josep Puig i Cadafalch, lesquels ont contribué à l’enrichissement et à la diversité du modernisme. C’est Domenech i Montaner qui le premier, en 1878, dans son manifeste, "En busca d’una arquitectura nacional", qui lance l’idée d’une architecture nationale (catalane) !

Le résultat sera la maison d’édition Montaner i Simón (1880 – 1886), rue d’Aragó, conçue au départ comme un palais du livre en briques rouges et poutres d’acier. C’est là qu’Antoni Tàpies installera sa Fondation cent ans plus tard, avec son nuage métallique surplombant l’édifice. Une autre de ses œuvres bien connue se trouve dans la Carrer Montsió, Els Quatre Gats, bar moderniste restauré, enchâssé dans la Casa Martí (1895-1896) de Puig i Cadafalch.

De la Plaça de Catalunya, centre traditionnel de la ville, nous remontons le Passeig de Gràcia, ancien chemin qui reliait la ville fortifiée au village de Gracià, où l’on peut contempler quelques belles demeures de la haute bourgeoisie catalane et remarquer au passage les réverbères de Gaudí cernés par des bancs de Falqués. Cette avenue abrite quelques uns des plus beaux chef-d’œuvres du Modernisme catalan.

Le Modernisme catalan du début du siècle que l’on désigne notamment par Art nouveau, Modern style ou encore Jugendstil munichois, a une personnalité propre, établie au cœur même de l’avant-garde de l’époque.
Gaudí en sera l’exception, sans doute le moins moderniste de tous, qui ne pouvait accepter les Puig i Cadalfalch (architecte, historien et théoricien de l’art controversé) et les autres. Il apportera une atmosphère urbaine, un état d’esprit, plus qu’un courant véritablement inventif. Il empruntera les différents courants de l’Art Nouveau pour édifier un style personnel, répondant à l’époque plus à une attitude mentale et sociale d’un courant et au besoin prétentieux d’apparat d’une bourgeoisie en quête d’une image avant même d’avoir atteint son apogée.

La plupart de ces édifices ont été construits dans "l’Eixample" où le mouvement des façades onduleuses, des toits en céramique concassée et des balcons en fer forgé exprime clairement l’esprit tortueux d’une classe sociale en recherche d’identité.

L’audace de ce style sera l’occasion pour la Catalogne d’affirmer son pouvoir et de promouvoir une culture moderne en harmonie avec l’Europe. La fin du Modernisme dans les années 20 fera naître le Noucentisme et l’Avant-gardisme. Rafael Maso donnera naissance au Noucentisme qui fera son apparition dans le courant des années 1920 proche des modèles de l’Europe centrale. Le chef de file du mouvement moderniste fut Antoni Gaudi i Cornet, né à Reus en 1852, dont la maîtrise des structures et des matériaux permit une grande expressivité, proche du symbolisme.

Il serait injuste de ne pas citer les deux autres figures illustres que sont Lluis Domènech i Muntaner et Josep Puig i Cadafalch, lesquels ont contribué à l’enrichissement et à la diversité du modernisme. C’est Domenech i Montaner qui le premier, en 1878, dans son manifeste, "En busca d’una arquitectura nacional", qui lance l’idée d’une architecture nationale (catalane) !


Le résultat sera la maison d’édition Montaner i Simón (1880 – 1886), rue d’Aragó, conçue au départ comme un palais du livre en briques rouges et poutres d’acier. C’est là qu’Antoni Tàpies installera sa Fondation cent ans plus tard, avec son nuage métallique surplombant l’édifice. Une autre de ses œuvres bien connue se trouve dans la rue Montsió, Els Quatre Gats, bar moderniste restauré, enchâssé dans la Casa Martí (1895-1896) de Puig i Cadafalch.

De la Plaça de Catalunya, centre traditionnel de la ville, nous remontons le Passeig de Gràcia, ancien chemin qui reliait la ville fortifiée au village de Gracià, où l’on peut contempler quelques belles demeures de la haute bourgeoisie catalane et remarquer au passage les réverbères de Gaudi cernés par des bancs de Falqués. Cette avenue abrite quelques uns des plus beaux chef-d’œuvres du Modernisme catalan.

 

Oeuvres les plus connues | Antoni Gaudi

La Casa Milà aussi nommée La Pedrera (1906 – 1912) (Passeig de Gràcia, 92). Sans doute la pièce maîtresse du Modernisme catalan. Force et complexité de la pierre calcaire piquée pour obtenir une texture mate et mariage du fer forgé des balcons qui se fondent en une harmonie de "vagues" courbes qui apportent souplesse et élégance jusqu'à la pointe des cheminées figées tel des totems. L’édifice abrite le siège de la Fondation "Caixa de Catalunya".

Visite intéressante qui débute par l’une des deux cours intérieures, ensuite on accède via l’escalier ou l’ascenseur dans les combles sous le toit, qui abritent "l’Espai Gaudí", un intéressant musée interactif détaillant la construction de l’édifice par des maquettes, photographies et des documents audiovisuels retraçant la vie de l’architecte et une fois la visite terminée, accédez à la terrasse couronnée par les cheminées-sculptures avec en prime une perspective sur les cours intérieures et une vue imprenable sur la Sagrada Familia et la ville.

Visitez ausi l’appartement situé en dessous des combles, divisé en deux parties, l’une sert d’introduction au style de vie au début du XX ème siècle et l’autre est une reconstitution d’un appartement de l’époque.
Boutique au rez-de-chaussée où l’on trouve des créations, objets d’influence moderniste et une librairie traitant de l’art nouveau catalan, BD retraçant la vie de Gaudí mais aussi de Picasso et Dali, assez bien faites. A droite, la cafeteria.

La Casa Milà fut déclarée en 1984 comme patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco et la Caixa Catalunya (banque de la Catalogne), acheta l’édifice en 1986 pour y installer son siège social et entama des travaux de rénovation complète qui dureront 10 ans pour en faire son centre culturel ouvert au public.

Adresse: Passeig de Gràcia, 92 | Gràcia
  (+34) 93 484 59 79
Visite de nuit: du 28 juin au 21 septembre | samedi et dimanche de 21h-01h


La Casa Batlló (Passeig de Gràcia, 43). L’édifice original datant de 1870 a été entièrement révisé par Gaudí en 1904-1906 suite à la demande de Josep Batlló, industriel du textile catalan. Sa particularité est d’être recouvert de mosaïques polychromes sur toute la façade jusqu’au toit dont l’aspect rappelle le dos d’un dragon avec ses écailles. Notez la symbolique religieuse avec la croix plantée dans le dos du dragon et les os des victimes du monstre dans les vérandas, rappellent la légende de saint Georges, patron de la Catalogne, combattant le dragon.
Imaginons un instant le toit coloré et ondulé se transformer en chapeau d’Arlequin et les balcons en fer forgé aux allures de masques de Carnaval, comme un hymne à la fête !
L’intérieur n’en est pas moins étonnant avec sa cage d’escalier recouverte de céramiques bleues et les portes sculptées qui se fondent dans la déco.

La Casa Batlló ouvre ses portes au public. La visite, limitée à l'étage noble de l'édifice, permet d'admirer l'ancienne demeure des seigneurs Batlló, un bijou architectural et décoratif de Gaudí avec de magnifiques travaux modernistes d'arts et métiers.

Adresse: Passeig de Gràcia, 43 | Gràcia
  (+34) 93 216 03 06
Casa Batlló


La Casa Amatller (1898 – 1900) (Passeig de Gràcia, 41). Oeuvre de l’architecte Josep Puig i Cadafalch qui dessina les plans en 1900. Construction néo-gothique avec une décoration de céramique polychrome sur la façade et fronton échelonné, inspiré du style flamand. La résidence abrite l’Institut Amatller qui possède une belle collection de peintures et sculptures.

Centre del Modernisme (Casa Amatller)
Adresse: Passeig de Gracia, 41
  (+34) 93 488 01 39
Fundació Institut Amatller d'Art Hispànic


Non loin de là, dans la Carrer d’Arago, la Fundació Antoni Tàpies, s’est installée dans un édifice construit par Domènech i Montaner (1881 et 1885) se démarquant par un style plus sobre, où une subtile influence mudejar et la présence de colonnes métalliques et de poutres d’acier rappelle l’ère industrielle catalane.
La structure externe et apparente, est l’œuvre de l’artiste contemporain Antoni Tàpies qui couronnera le toit du "Núvol i cadira" (nuage et chaise), devenu le symbole de la Fundació Antoni Tàpies qui s’y installa en 1990.
La Fondation abrite un Musée avec les archives complètes de Tàpies ainsi qu’une bibliothèque de plus de 20.000 livres et catalogues consacrés à l’art moderne et contemporain. Des expositions temporaires y sont régulièrement organisées.

Adresse: Aragó 255 | Gràcia
  (+34) 934 870 315 
   Mardi à vendredi: 11h- 20h
Fundació Tàpies


La Casa Lleo i Morera (1902 –1906) dans le Passeig de Gracia, 35, est le premier édifice construit par Lluis Domenech i Muntaner.

La Casa Vicens (Carrer de les Carolines 18-24). Demeure résidentielle avec une façade de briques avec applications de céramiques à l’influence orientale. La grille en fer forgé est à motif de feuilles pennées de palmiers. L’intérieur richement décoré, comporte des pièces quasiment tapissées de boiseries rares et de céramiques de Gaudí. Elle fut modifiée et restaurée en 1925-26 et ne se visite pas, car son propriétaire y habite toujours. Construite en 1883-88, elle fut l’une des premières œuvres de Gaudí.

Le Park Güell (Avinguda de Pedralbes). Edifié en 1900-1904 par Gaudí en collaboration de l’architecte Josep Maria Jujol. Il métamorphosa en 1884-87, une ancienne ménagerie de la famille Güell en un parc. La phase originale du projet dans l’extension de Barcelone, devait se concrétiser en une villa jardin de style anglais d’une soixantaine d’habitations, d’où le nom de Park.
En 1914, le chantier s’arrêta, laissant le projet inachevé. Eusebi Guell mourra en 1918. Antoni Gaudí consacrera sa vie à l’achèvement de la Sagrada Familia. Dans ce projet, Gaudí refusa d’aplanir ce lieu et conçut une architecture épousant les irrégularités du sol, d’ou l’idée sans doute d’y créer des voûtes inclinées défient les lois de la pesanteur.

Depuis l’escalier d’entrée trône une salamandre de faïence multicolore. Dans la salle de Cent colonnes doriques (quatre-vingt quatre, en réalité), devait se tenir le marché de la cité-jardin qui resta à l’état de projet. Sur la terrasse, l’esplanade qui surplombe la ville, Gaudí y aménagea des bancs ondulés, modelés à partir de corps humains et recouverts de divers morceaux de céramiques et faïences.
Le Musée se trouve dans la maison que Gaudí habita à la fin de sa vie. Ce fut l’un des premiers parcs ouverts au public à Barcelone. 

   7/7 | Été: 06h–23h et Hiver 06h-20h
Accès par autobus n°24. Entrée libre.


La Casa-Museo (carretera del Carme) La maison où vécut Gaudi se trouve dans le parc Güell. A l’image de l’architecte, elle permet de s’imprégner un peu de ce qui fut son refuge. Y sont exposés des souvenirs personnels, des meubles et des esquisses.


   7/7 | Octobre à mars : 10h-18h et avril à septembre: 10h-20h
Fermé l’après-midi du 25 et 26 décembre et le 1 et 6 janvier.

 


En descendant vers la Carrer Nou de la Rambla au n°3, nous arrivons à l’ancienne Résidence des Güell, le Palau-Güell, (Nou de La Rambla, 3-5), construit par Antoni Gaudí en 1886-1890, comme une extension de la résidence familiale.
La façade en pierre blanche contraste avec l’intérieur plus sombre, dont le grand vestibule central, pièce maîtresse recouverte d’une coupole, s’élève jusqu’au toît-terrasse pour former un cône. Le toît-terrasse où les vingt cheminées furent édifiées avec la technique du Trencadis (recouvrement des surfaces de fragments irréguliers de céramique vitrifiée), clôture la visite.

La famille Güell y vécut et Eusebi Güell (1846-1918), premier comte de Barcelone, fut le principal mécène de Gaudí. Le Modernisme s’exprime pleinement tant à l’extérieur qu'à l’intérieur où les meubles sont également signés par Gaudí. Le Palau-Güell fut déclaré Monument National en 1969 et reconnu comme Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1985, ce fut le 1er monument Moderniste à recevoir cette distinction.

Adresse: Nou de La Rambla, 3-5 | Gràcia
  Gràcia
  (+34) 933 173 974.


 

sagrada familia | Antoni Gaudi

Le Templo Expiatorio de la Sagrada Familia (Plaça de la Sagrada Familia). Construit en 1883 par Gaudí, qui y consacra 43 années de sa vie, reste toujours inachevé. Bâti sur une ancienne crypte de style néo-gothique commencée en 1882, Gaudí prévoyait douze tours pour les apôtres, quatre pour les évangélistes, une pour la vierge et une autre s’élevant à 170 m symbolisant le Christ.

Décédé suite à un accident de tram en 1926, Gaudí ne construira que l’abside, la façade de la nativité qui fut achevée en 1917 et dont l’inspiration est tirée de l’Ancien et du Nouveau Testament, ornée d’anges, d’animaux de l’arche de Noé et de motifs végétaux ainsi que l’une des tours clochers.

Les quatre autres pinacles des tours clochers furent achevés après sa mort, par ses plus proches collaborateurs. Depuis la fin de la guerre civile, des polémiques se sont élevées concernant l’achèvement du temple suite au nombre insuffisant de dessins et de maquettes ayant subsisté. 

Actuellement, les travaux sont toujours en cours sous la tutelle de la Fondation Antoni Gaudí. La visite de l’édifice comprend la crypte où repose Gaudí et le musée réaménagé en salles d’expositions, la partie la plus instructive où l’on peut suivre par des plans et croquis l’évolution de l’œuvre inachevée et terminer la visite par les quatre tours clochers.

Le 07 novembre 2010, le Pape Benoît XVI, a consacré l'oeuvre inachevée de Gaudí en basilique (il y a déjà une cathédrale à Barcelone). Le projet pourrait être terminé en 2026, cent ans après la mort de l'architecte catalan.
Le style indéfinissable, a depuis, échappé à l'esthétique de base de son créateur, le rendant imperméable à l'architecture contemporaine.


Adresse: Mallorca, 401 | Gràcia
  Sagrada Familia
Sagrada Familia


Conseil: durant les mois d’été, faire la file d’attente est pénible autant par le temps perdu que par la chaleur souvent étouffante à cette période de l’année, venez donc tôt le matin, vous éviterez les cars de touristes, de plus, la lumière est plus belle pour les photos. Prenez l'ascenseur, montez jusqu’à 65 m de haut (Façade de la Pasión), vue imprenable !  Prix: 2 € (prix indicatif)


L’Hospital de la Santa Creu I Sant Pau, trouve ses origines en 1401, date du premier hôpital qui était de style gothique catalan. La construction du nouvel hôpital commencera en 1902 grâce à l’aide financière de son donateur, le banquier Pau Gil qui souhaita que l’hôpital porte son nom. Les travaux commenceront en 1902 et Lluís Domènech i Montaner, chargé du projet, en fera l’édifice civil le plus impressionnant du Modernisme catalan où les pavillons, disséminés entre les jardins, seront richement décorés de mosaïques. Les travaux s’achèveront en 1930 et l’Hospital, fut inauguré officiellement par le roi Alphonse XIII. 
L'Hospital de la Santa Creu i Sant Pau fait partie depuis 2004 de la "Ruta del Modernisme" de l'Institut del Paisatge Urbà de Barcelona comme monument ouvert aux visiteurs.

 

 
Slide 4

La Pedrera

Slide 4

La Pedrera

Slide 4

Palau de la Musica

Slide 4

Palau de la Musica

Slide 4

Tibidabo

Example Frame

 

tibidabo | la "montagne"
« des murailles

Il domine la ville de son sommet (512 m), où se trouve l’église du Sacré-Cœur, construite en 1902 dans le style néogothique et inspirée de celle de Paris.
Non loin de là, vous apercevrez la tour des Télécommunications, structure de verre et d’acier, œuvre de l’architecte britannique Norman Foster (hauteur: 265,5 m).
Parc d’Attraction di Tibidabo, Web: Tibidabo 

A voir…
Palau Robert
Adresse: Passeig de Gràcia, 107 | Gràcia
  Diagonal
  (+34) 93 238 80 91
   Lundi à samedi: 10h-19h | dimanche et fêtes: 10h-14h30
Palau Robert

 

 

architectes | quelques noms

 

Lluis Domenech i Montaner (1849-1923). Historien et Architecte diplômé en 1873, il fut professeur à l’École d’Architecture de Barcelone depuis 1887, dès sa fondation. Parmi ses œuvres majeures; Le Palau de la Musica et l’Hospital de San Pau.

Antoni Gaudi (1852-1926) Il naît à Reus (Tarragona) au sein d’une famille de chaudronniers de père en fils où l’observation du travail du cuivre au marteau nourrira sans doute son imaginaire.
Ce chef de file du Modernisme et architecte hors norme, mettra en pratique de nouvelles techniques qu’il associera à un style très innovateur. La Sagrada Familia se voulait l’aboutissement d’une œuvre toujours inachevée.

Josep Puig i Cadafalch (1867-1956). Architecte moderniste édifia entre autre Els 4 Gats, la Casa de les Punxes et la Casa Amatller.

 

 

 

  Copyright © 2011-2016 - Europelink.eu - All Rights Reserved | Mentions légales